Brad Stevens a métamorphosé Jordan Crawford

Jordan Crawford affiche un nouveau visage depuis le début de la saison. L'ancien joueur individualiste s'est totalement investi dans le collectif des Celtics.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Brad Stevens a métamorphosé Jordan Crawford
Jordan Crawford n’a pas que des bons souvenirs du Madison Square Garden. Il était encore un joueur du bout du banc de Doc Rivers lorsque les Boston Celtics ont été éliminés par les New York Knicks au premier tour des derniers playoffs. Il y avait donc un parfum de revanche pour le MENEUR (on a encore du mal à s’y faire, Brad Stevens et Ron Adams ont transformé Jordan Crawford en un MENEUR crédible !) hier soir. Les Celtics ont donc mis une vraie déculotté aux new-yorkais, humiliés à domicile et sortis sous les sifflets du public. Crawford n’y était pas pour rien. Avec 23 points et 7 passes, le joueur de 25 ans pouvait être fier du boulot accompli.
« C’était amusant de venir ici et de gagner de la sorte car je me suis déjà retrouvé dans la situation du camp d’en face », raconte-t-il au Boston Herald.
Jordan Crawford a donc effacé ses mauvais souvenirs des derniers playoffs, lui qui avait été rabroué par son coach pour avoir évoqué la femme de Carmelo Anthony dans des termes peu élogieux. L’ancien lycée surdoué connu pour avoir dunker sur LeBron James à un camp estival était encore un jeune joueur égoïste et imprévisible. Même s’il est trop tôt pour juger d’une éventuelle métamorphose de Crawford, son coach est ravi de l’attitude de son MENEUR.
« Je suis pas surpris qu’il marque des points. C’est ce qu’il a toujours fait. Il a toujours rentré des tirs difficiles mais il choisit très bien ses positions de shoot. Et il défend très bien. Ce n’est pas ce qu’il a fait hier qui est le plus important. C’est ce qu’il fait pour la progression de l’équipe. Il est vraiment investi », explique Brad Stevens.
Aurait-il mûri ? Le staff l’espère. Jordan Crawford a une grande confiance en lui et ce sentiment de pouvoir dominer la ligue entière mais peut-on vraiment lui reprocher ça ? Surtout, force est de constater que le natif de Detroit progresse sensiblement. Il n’a jamais été aussi adroit, que ce soit dans le champ (45%) ou à trois-points (38%). Il monte en puissance en attaque et marque de plus en plus mais sans nuire au collectif (2 balles perdues en moyenne, ça pourrait être pire) et tout en distribuant le jeu (5,3 passes en moyenne, déjà trois pointes à 10 caviars). Jordan Crawford a peut-être effacé ses mauvais souvenirs du Madison Square Garden cette nuit. S’il continue à jouer de la sorte, il fera également disparaître l’image du gamin très talentueux mais terriblement égoïste…
Afficher les commentaires (5)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest