Analyse : Comment Kevin Durant peut dompter Tony Allen

Kevin Durant a souffert face à Tony Allen lors du Game 2, avant-hier. Mais comment la star du Thunder peut se sortir du piège tendu par les Grizzlies ?

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Analyse : Comment Kevin Durant peut dompter Tony Allen
Après deux matches du premier tour, le Thunder a déjà perdu l’avantage du terrain face aux Memphis Grizzlies. La franchise d’Oklahoma City s’est incliné en prolongations lors du deuxième match de la série après avoir contrôlé sans trop de difficulté la première rencontre. Le lendemain, la performance de Kevin Durant – ou plutôt celle de Tony Allen – était au centre des discussions lors des traditionnelles points presse qui ont suivi l’entraînement du Thunder. Comme nous l’avions souligné hier, l’arrière teigneux des Grizzlies a ralenti le futur MVP de la saison. « KD » a donc eu le droit à une multitude de questions au sujet de Tony Allen, de quoi l’agacer légèrement.
 « Ce n’est pas comme s’il m’avait complètement éteint », déclare Kevin Durant. « Ce n’est pas comme si j’avais été invisible. Je ne sais pas quel match vous avez regardé. »
Effectivement, Tony Allen n’a pas stoppé Kevin Durant. Et pour cause, c’est presque impossible – de même qu’il est  extrêmement compliqué d’éteindre LeBron James. On parle de l’un des deux meilleurs joueurs du monde, de l’un des plus fabuleux attaquants de l’histoire. Non, Allen n’a pas arrêté Durant. Mais il l’a fait travailler pour ses points. Il lui a rendu la vie difficile sur le parquet – or la star du Thunder dégage habituellement une impression de facilité déconcertante.

Un peu d’aide, s’iou plait !

Kevin Durant a pour coutume de marquer beaucoup de points sans pour autant avoir un énorme volume de shoots, si on le compare aux autres scoreurs prolifiques de la ligue. La gonfle est principalement entre les mains de Russell Westbrook, qui prend lui aussi une bonne dizaine – voire vingtaine – de tirs par rencontre. Quand les deux stars évoluent ensemble sur le parquet, Durant travaille d’abord sans le ballon avant d’aller chercher ses paniers. C’est justement lors du démarquage que le jeune joueur est à peine face à la férocité et l’abnégation de Tony Allen. Son défenseur ne le laisse pas respirer.
« Tony ne veut pas que son attaquant attrape la balle », explique Kendrick Perkins, ancien coéquipier de Tony Allen aux Boston Celtics. « Il va tout faire pour l’en empêcher. Mais une fois que vous avez le ballon, vous pouvez le travailler. »
Le Thunder doit donc s’assurer de confier la gonfle à Kevin Durant lorsque celui-ci est en bonne position. Comme le rappelle The Oklahoman, « KD » a eu quelques tirs ouverts – convertis, évidemment – après des écrans dévastateurs de Nick Collison et Kendrick Perkins sur Tony Allen. Le joueur des Grizzlies est plutôt doué pour lire les écrans et recouvrir rapidement sur son vis-à-vis mais le Thunder doit le fatiguer et le forcer constamment à éviter les écrans. Il faut donc plus de mouvements et d’aide sur Durant lorsque ce dernier n’a pas le ballon.
« Nous avons toujours été une bonne équipe pour poser des écrans », remarque Scott Brooks, le coach du Thunder. « On doit en faire encore plus afin que Tony Allen ne soit pas collé à Kevin ».

Alors, Kevin, et ton jeu au poste bas ?

Une autre solution logique consisterait à isoler Kevin Durant au poste bas. Ce dernier mesure une dizaine de centimètres de plus que Tony Allen et ses longs bras tentaculaires lui facilitent la tâche. Selon Synergy Sports, « KD » rapporte 1,06 point par possession au Thunder lorsqu’il provoque son adversaire au poste bas. Il se classe ainsi parmi les dix joueurs les plus efficaces de la NBA dans une telle situation. Il est également le cinquième « meilleur » joueur en isolation. Avec sa panoplie complète (ou presque), Durant est impossible à contenir en un-contre-un. Illustration avec cette action au poste bas, avec Tayshaun Prince dans son dos. [youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=tBwfboX5Wdw[/youtube] Prince a le même physique filiforme que Durant. Il peine à contenir la star du Thunder et s’incline même en puissance. La même situation quelques minutes plus tard, cette fois-ci face à Tony Allen. [youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=ctShVPR19gk[/youtube] Tony Allen est plus puissant que Kevin Durant et il ne recule pas. Le joueur d’Oklahoma City se retrouve donc contraint à tenter un tir compliqué. Comme LeBron James, Kevin Durant a développé son jeu au panier. Mais il n’a pas la même puissance que le « King ». Et face à un défenseur comme Tony Allen, on sent la différence. Selon ESPN, il a converti 10 de ses 18 tirs face aux défenseurs des Grizzlies et seulement 9 sur 25 lorsqu’Allen le marquait de près. Avec un travail de sape des role player du Thunder sur Allen – qui lui-même effectue un travail de sape sur la star – Kevin Durant pourrait retrouver son efficacité surréaliste. A ce moment-là, Memphis n’aura plus qu’à prier…
Afficher les commentaires (5)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest