Kevin Garnett : « J’ai toujours été un joueur d’équipe qui se bougeait le cul »

Dans une interview accordée à Yahoo! Sports, Kevin Garnett a évoqué la fin de sa carrière, sa reconversion et l'image qu'il veut qu'on garde de lui.

Mickael LaviollePar Mickael Laviolle  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Kevin Garnett : « J’ai toujours été un joueur d’équipe qui se bougeait le cul »
[caption id="attachment_104741" align="alignleft" width="300"] Photo : Chris Elise[/caption] Ça fait maintenant dix-huit saison que Kevin Garnett joue en NBA. Plus de 1400 matches joués, un titre avec Boston et une mentalité de gagneur intacte malgré une réputation pas toujours à la hauteur de son talent. Alors qu'il a resigné avec les Celtics pour trois ans et 36 millions de dollars, KG a confié à Yahoo! Sport dans une très longue interview qu'il avait réfléchi à deux fois avant de prolonger et qu'il avait même songé à mettre un terme à sa carrière.
« Tout à fait, tout à fait. Il y a eu un moment où je me suis dit 'Est-ce que je peux encore être productif ? Est-ce que je peux encore apporter quelque chose ?' Je me suis regardé dans le miroir et j'ai regardé la vérité en face... Je peux encore jouer et apporter quelque chose à l'équipe. »
En vrai compétiteur qu'il est, il a précisé que s'il avait estimé qu'il n'avait pas le niveau il ne voyait pas l'intérêt de continuer. Quand on lui demande combien de temps il compte encore jouer, sa réponse est vague, il verra chaque année s'il a toujours le niveau et si son apport et ses responsabilités sur le terrain son toujours aussi importantes.
« J'ai beaucoup de responsabilité à 36 ans. Je ne veux pas être là pour avoir moins que ce que j'ai actuellement. Je dois défendre sur le meilleur joueur de l'équipe adverse au poste. Je dois établir les stratégies au poste et en défense en général. Je dois toujours parler avec les autres gars par rapport au fait de solidifier leur rôle ou avoir un rôle moins important. Je suis encore au milieu de tout. »
Quant à son après-carrière, Kevin Garnett, comme il l'avait déjà dit par le passé, ne se voit pas rester autour de la NBA. Un job de coach ou d'analyste à la télévision ne semble pas faire partie de ses plans pour le futur. Il a d'ailleurs une opinion bien tranchée sur les commentateurs en général.
« Le commentaire, c'est une opinion. Je ne pense pas que les gens prennent l'initiative de connaître les joueurs dont ils parlent. Tout le monde à quelque chose à dire. [...] Parfois quand j'entends les commentateurs ça me rend malade. Des gens qui n'ont jamais joué au basket, qui n'ont jamais été dans cette ligue, ont une opinion. C'est tout ce que c'est pour moi. Vous êtes là pour éduquer le téléspectateur ou le lecteur. Parfois ça devient vraiment subjectif. Je ne veux pas devenir comme ça. Mon opinion sur quelqu'un doit rester personnelle », explique-t-il.   « Ça ne veut pas dire que je ne commenterai pas mais c'est pas ma force. Je respecte chaque joueur, chaque athlète, qu'il apporte quelque chose à l'équipe ou pas. Quand je ne serai plus dans le jeu, ça sera vraiment différent. Si je parle ou je donne mon avis , ça sera strictement un avis personnel. »
Pour finir, il est revenu sur ce qu'il voulait laisser comme héritage une fois sa carrière terminée, ce qu'il voulait que les gens retiennent de lui.
« Ma trace c'est simple. Un gars qui était capable d'être polyvalent, capable de faire plein de choses, qui a toujours été un joueur d'équipe et qui s'est toujours bougé le cul. C'est moi. [..] Je n'ai jamais été autre chose Je n'ai jamais été un individualiste. Je ne me suis jamais soucié des accolades. J'ai toujours avancé grâce à la compétition et l'envie d'apprendre. »
En 18 saisons passées en NBA, le Big Ticket, 14 fois All-Star, tourne à 19,2 points, 10,5 rebonds, 4 passes décisives et 1,5 contre. Il a passé 12 saisons à Minnesota avant de signer à Boston où il joue depuis 6 saisons et avec qui il a gagné son seul et unique titre en 2008.
Afficher les commentaires (7)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest