Après le fiasco, que vont faire les Los Angeles Lakers ?

Après le fiasco, que vont faire les Los Angeles Lakers ?

Après l'échec cuisant de leur tentative de back to back, les Los Angeles Lakers se préparent quelques maux de tête dans les mois qui viennent...

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Les Los Angeles Lakers ont donc quitté les playoffs dès le 1er tour, après une cuisante élimination par les Phoenix Suns. Les causes de l'échec, un an après le sacre dans la bulle de Disneyworld, sont multiples et variées. Trop peu de repos entre les deux saisons, des blessures longue durée pour LeBron James et Anthony Davis au pire moment possible, un effectif finalement pas si bien construit que ça, etc...

Les Lakers vont cette fois avoir quelques mois pour préparer leur coup. Ils peuvent opter pour plusieurs approches.

Run it back... LOL

- Considérer que c'est exclusivement à cause des blessures de leurs deux superstars qu'ils n'ont pas pu être bien classés en saison régulière, ni être compétitifs en playoffs. Que ce soit vrai ou non, le pari est risqué. Miser sur la santé de LeBron, qui même phénoménal à 36 ans reste sur deux blessures importantes sur trois saisons avec les Lakers, et/ou de "AD", qui compte plus de saisons avec des pépins physiques que de saisons pleines.

Le "run it back", même si le terme n'est pas trop utilisé dans le cas d'échecs aussi cuisants, est une possibilité. Il y a toutefois trop de cas individuels problématiques en termes de performances pour envisager cette option. Plusieurs équipes ont perdu des joueurs cruciaux mais ont tout de même réussi à faire meilleure figure et à se montrer moins dépendantes d'un ou deux éléments. Les soucis semblent quand même aller au-delà de ces simples blessures.

Changer de coach ?

La patte Frank Vogel avait été visible et appréciée la saison dernière. C'est grâce à la défense, la spécialité de l'ancien head coach d'Indiana, que les Lakers étaient sortis couronnés de la bulle. Cette saison, on a senti Vogel moins en contrôle avec cet effectif remanié. Il a beaucoup tâtonné niveau rotation et bricolé lorsque ses stars étaient sur le flanc, sans jamais trouvé de formule adéquate.

A la fin du game 5 contre Phoenix, on a vu Jason Kidd venir consoler tout le monde et aller parler avec Chris Paul. Ni une, ni deux, on se souvenait de l'idée de départ au moment de son embauche : si Vogel se loupe, Kidd sera là, sagement tapi dans l'ombre, pour récupérer le poste.

Jason Kidd de A à Z

Vogel mérite du crédit pour ce qui est arrivé en 2020, mais il n'échappera pas aux critiques en interne. LeBron n'a plus le temps d'être patient et même s'il se défend d'avoir une quelconque influence sur la politique sportive des Lakers (ce qui semble bien plus vrai qu'à l'époque des Cavs), il pourrait être tenté de changer d'approche et de vouloir mêler un peu plus son copain Rich Paul aux affaires courantes de la franchise.

Dans ce game 5, LeBron n'a montré aucune émotion si ce n'est une absence d'envie de se battre pour cette équipe, en tout cas sous cette mouture. C'est un indice qui peut aller dans le sens de cette théorie du lifting sur le banc. Ou d'une économie d'énergie volontaire pour, déjà, se préparer à la reconquête.

Changer le supporting cast, mais comment ?

A la reprise, 7 Lakers seront encore sous contrat : LeBron James, Anthony Davis, Kentavious Caldwell-Pope, Kyle Kuzma, Montrezl Harrell (s'il active son option), Marc Gasol et Alfonzo McKinnie.

LeBron et "AD" seront toujours là, bien entendu. Caldwell-Pope est un client de Rich Paul et on l'imagine mal être tradé. D'autant qu'il n'a pas été le plus mauvais des role players californiens cette saison. Pour le reste, on peut tout imaginer. Kuzma a été absolument désastreux sur cette série, particulièrement dans le game 5. Le contrat qu'il a signé l'an dernier le rend normalement relativement facile à échanger. L'heure du départ semble venue.

Recrues phares de l'été dernier avec Dennis Schröder, dont les prétentions salariales semblent pour l'heure beaucoup trop élevées par rapport à ce que souhaiteraient les Lakers, Montrezl Harrell et Marc Gasol ont énormément déçu. Leur utilisation et leur temps de jeu les ont déroutés et lorsqu'ils ont eu l'opportunité de jouer, ils n'ont pas été satisfaisants dans leurs registres respectifs. Harrell aura peut-être une seconde chance, mais on imagine bien Gasol rejoindre le Barça et son grand frère.

Anthony Davis a essayé, mais son corps l'a (encore) lâché

Avec ce qu'il restera comme place dans la grille salariale, Rob Pelinka devra manoeuvrer habilement. Les pertes de Danny Green, Rajon Rondo et Dwight Howard ont fait beaucoup plus mal que prévu tant chacun excellait dans son registre. C'est donc ces qualités-là que L.A. recherchera sans doute en priorité, avec l'espoir que le clinquant de la franchise et de la ville séduise toujours autant.

Se positionner sur des très gros noms semble compliqué, alors que Kawhi Leonard ou Chris Paul ont une player option. A la mène, on peut penser que les Lakers réfléchiront à faire une offre à Kyle Lowry. Pourquoi pas à Victor Oladipo, dont la cote est en chute libre ?

CQFR : Phoenix sort les Lakers avec un Booker magique, Denver achève Portland !

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest