LeBron James, ça dépasse l’entendement

Le niveau de LeBron James depuis deux matches est absolument époustouflant. Les Warriors ont-ils seulement le moindre espoir de réussir à le stopper ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
LeBron James, ça dépasse l’entendement
Détester LeBron James est un droit fondamental. Ne pas reconnaître son génie est une gigantesque hérésie. Sa personnalité, tantôt humble, tantôt arrogante, divisera toujours et prêtera à toutes les interprétations possibles. Son palmarès qui comptera peut-être plus de défaites que de victoires en Finales NBA lorsqu'il raccrochera, suscitera des débats sans fin dans 20 ou 30 ans. Mais à l'instant T, il ne peut y avoir qu'unanimité. Le "Chosen One" est, après, six matches dans cette édition 2016, le basketteur le plus complet et dominant qui soit. La supériorité actuelle de James, au même titre que le consensus autour de Stephen Curry pendant l'année écoulée, ne peut être remise en question. Le game 5 où il a marché sur les Warriors avec l'aide de Kyrie Irving n'était pas une performance isolée. James a remis ça la nuit dernière, avec 41 points, 11 passes, 8 rebonds, 4 interceptions et 3 contres, le tout à 16/27 et en ne perdant qu'un seul ballon en 42 minutes passées sur le parquet. Sur le strict plan du scoring, ils n'étaient que 4 avant lui à avoir dépassé deux fois les 40 points consécutivement dans une série pour le titre : Jerry West (1965 et 1969), Rick Barry (1967), Michael Jordan (1993) et Shaquille O'Neal (2000). http://www.dailymotion.com/video/x4gzmiw_lebron-james-monstrueux-dans-le-game-6-des-finales-nba-41-pts_sport [superquote pos="g"]Lue : "On parle de l'un des meilleurs joueurs de tous les temps"[/superquote]C'est sans doute le côté all-around de la domination individuelle, mais sacrément bénéfique pour le collectif, de James qui est le plus effarant. Sur les 12 matches disputés en Finales contre les Warriors depuis deux ans, LeBron est leader au total de points marqués, rebonds, passes, interceptions et contres... Après un début de série poussif cette année, le voilà revenu à des standards d'une autre planète. C'est un véritable "clinic" que LeBron James a réalisé cette nuit, notamment en 2e mi-temps avec 18 points consécutifs (!) dont 11 dans le 4e quart, lorsque le besoin de calmer l'euphorie de Klay Thompson s'est fait sentir. [caption id="attachment_328840" align="alignright" width="318"] LeBron James au contre sur Draymond Green.[/caption] Le "King" a parlé et dominé, balayant avec son arsenal si large les tentatives de défense sur sa personne. Draymond Green, que l'on attendait plus mordant et malin dans son approche après sa suspension, n'a pas fait le poids. Le footwork, la puissance et l'adresse de son vis à vis ont rendu ses qualités habituelles assez superflues. Au poste, son traditionnel jardin, à mi-distance, derrière l'arc de cercle (3/6 cette nuit, 7/14 sur les deux derniers matches) et en transition, LeBron James a été beaucoup trop fort pour une équipe à la confiance en berne et aux moyens physiques de plus en plus limités.
"C'était LeBron en train de faire du LeBron. On parle de l'un des meilleurs joueurs de tous les temps. On était encore dos au mur et il a personnellement pris soin de nous conduire là où on le souhaitait : jusqu'au game 7", s'est félicite Tyronn Lue.

A lire aussi : Récap : LeBron et les Cavs marchent sur l'eau Focus : Stephen Curry, la débandade Focus : Tristan Thompson, le bon choix des Cavaliers Focus : Harrison Barnes ou comment perdre des millions

LeBron James a rectifié le tir en défense

Lors des premiers matches de la série remportés par les Warriors, le #23 des Cavs était tellement obligé de tout faire de A à Z qu'on le voyait parfois s'économiser en défense. Une option évidemment fatale contre un tel adversaire. Depuis trois matches et cette nuit encore, LeBron a retrouvé tout son sérieux dans ce secteur. Le contre après le sifflet sur Stephen Curry dans le game 3 n'était pas un hasard, mais une preuve de l'intensité nouvelle qu'avait décidé d'imprimer la star de Cleveland. Son entreprise de frustration sur le double MVP en titre s'est poursuivie à merveille dans ce game 6. Après un nouveau contre bien sec dans le 4e quart-temps, on l'a ainsi vu toiser son rival et lui adresser quelques mots dont on peut imaginer la teneur, du simple "barre-toi gamin" au plus taquin "MVP à l'unanimité, c'est ça ?". Ces interactions ont évidemment contribué à faire dégoupiller Curry dans le 4e quart-temps, lui qui était déjà passablement agacé par l'arbitrage. http://www.dailymotion.com/video/x4gye81_lebron-james-bache-stephen-curry-et-le-defie-du-regard_sport
"Si vous ne défendez pas plus dur qu'en temps normal contre des gars comme eux, vous le payez instantanément. Ils vous tuent à 3 points ou en faisant circuler le ballon jusque sous le cercle. On constate ça depuis deux ans... Désormais, on arrive à se battre sur chaque possession. En ce qui concerne Steph, ne vous méprenez pas, c'est un grand joueur qui ne va pas se laisser abattre par ces défaites", a expliqué James après la rencontre.
Même son langage corporel traduit une confiance et une assurance que l'on croyait en partie disparues après les deux premières rencontres. LeBron croit de nouveau en ses partenaires et sa connivence avec Tristan Thompson et Kyrie Irving notamment le rend encore plus létal sur le parquet. Depuis une semaine, on voit peut-être LeBron James sous le meilleur jour de sa carrière. C'est ce joueur dominant des deux côtés du terrain et chef d'orchestre d'une rencontre que les Cavs imaginaient avoir fait revenir après son périple à Miami.Ce joueur même qui, s'il n'est pas traité avec encore plus de sérieux par les Warriors, brisera la malédiction qui frappe la ville de Cleveland depuis 52 ans. Et, même en cas de défaite dans la Bay Area, brisera les codes en devenant MVP de Finales perdues par son équipe...
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest