Dwight Howard, de Superman à facteur X entre ses deux Finales NBA

Dwight Howard, de Superman à facteur X entre ses deux Finales NBA

Après une attente de 11 ans, l'intérieur des Los Angeles Lakers Dwight Howard a retrouvé les chemins des Finales NBA dans un rôle différent.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Si LeBron James va vivre ses 10èmes Finales NBA, Dwight Howard va lui se retrouver à ce stade de la compétition pour la 2ème fois de sa carrière. La nuit dernière, les Los Angeles Lakers ont dominé les Denver Nuggets (117-107) pour terminer cette série (4-1). Ainsi, les Angelenos vont défier les Boston Celtics ou le Miami Heat lors des Finales NBA. Il y a 11 ans, l'intérieur des Californiens connaissait pour la première fois cette réussite. En 2009, Howard était, à l'époque, une véritable superstar. Franchise player du Orlando Magic, "Superman" avait réussi à porter son équipe jusqu'à ce grand rendez-vous. Le résultat avait été sans appel : une défaite face... aux Lakers (1-4).

Considéré comme l'un des meilleurs joueurs de la NBA à ce moment-là, Howard ne s'attendait probablement pas à devoir attendre 11 ans pour revenir en Finales NBA. Sûrement pas après une vraie période de galère. Car après trois autres échecs avec le Magic, il devait dominer la Ligue avec son arrivée aux Lakers en 2013. Mais l'histoire, tout le monde l'a connait. Son premier passage à LA sera un immense flop avec ensuite des expériences aux Houston Rockets, aux Atlanta Hawks, aux Charlotte Hornets et aux Washington Wizards.

Et face à cette chute inexorable, une vraie prise de conscience. Déterminé à se relancer, Howard a bossé sans relâche. Il a changé son état d'esprit. Et l'été dernier, il a profité de la blessure de DeMarcus Cousins pour s'offrir une seconde chance à Los Angeles.

Dwight Howard, un renouveau extraordinaire

Et personne n'avait parié sur une telle réussite ! En sortie de banc, le vétéran de 34 ans a totalement trouvé sa place aux Lakers. Précieux par son énergie et sa défense, Howard s'est imposé comme un membre important de la rotation de son coach Frank Vogel. Sans réaliser des statistiques incroyables, il avait retrouvé un impact au sein d'un candidat pour le titre NBA. LeBron James et Anthony Davis n'ont d'ailleurs pas manqué de souligner son apport. Avec une mentalité irréprochable, il est devenu un vrai atout pour les Californiens. Une belle surprise et un vrai renouveau. Et forcément, on attendait une confirmation en Playoffs.

Après une série globalement correcte face aux Portland Trail Blazers (4-1), il a totalement disparu de la circulation contre les Houston Rockets (4-1). Avec l'ultra small-ball proposé par les Texans, Vogel avait été obligé de s'adapter. Au total, Howard a passé 15 minutes et 9 secondes sur le parquet. Par le passé, une telle mise au placard l'aurait flingué. Même malgré les arguments logiques de son entraîneur, il n'aurait pas supporter. Une question d'ego.

Mais Howard n'est plus le même. Il n'a plus le même statut. Mais surtout plus la même mentalité. Inutilisé sportivement, il a tout de même été important par les Lakers : par son attitude irréprochable. Sur le banc, l'intérieur a été le premier fan de ses partenaires. Avec JaVale McGee et Jr Smith, ils ont été intenables ! C'est peut-être anodin, mais cette bonne humeur, malgré un temps de jeu très réduit, prouve bien son implication.

Dwight Howard, de cheerleader à homme en mission !

Mais avant d'être un cheerleader, Howard reste un joueur de basket. Et il l'a très bien démontré sur cette série contre les Nuggets. Relancé dès le Game 1, il a immédiatement démontré qu'il pouvait gêner Nikola Jokic. Plus agressif et mobile que McGee, il n'a surtout pas hésité à provoquer le Serbe. Par tous les moyens possibles : des contacts mais aussi du trash-talk. A force de faire ses preuves, il a même gagné le droit d'intégrer le 5 majeur.

Et encore sur le Game 5, Howard a été déterminant : 9 points, 9 rebonds et 2 contres pour un différentiel de +12. Arrivé à ce Game 5 avec la mentalité de Kobe Bryant, Howard a démontré qu'il pouvait apporter à un finaliste NBA.

"Ce retour en Finales NBA, ça représente tout pour moi. C'est génial d'avoir à nouveau cette opportunité. Je m'étais fait une promesse : si j'ai une chance de revenir à ce stade de la compétition, je vais tout donner pour aider mon équipe à gagner", a confié Dwight Howard.

Sur ces Finales de la Conférence Ouest, le pivot a parfaitement tenu cette promesse.

Un vrai facteur X

Car il ne faut pas avoir peur de le dire : Dwight Howard a été le facteur X de cette série. LeBron James et Anthony Davis ont été les deux grands artisans de cette qualification. Même derrière eux, c'est bien lui le troisième homme. Alors bien sûr, il ne faut pas minimiser les apports de Rajon Rondo, Alex Caruso et même Kentavious Caldwell-Pope. Mais par rapport à l'impact "pour faire basculer" une série, Howard a été le plus "déterminant".

Simplement de par son influence sur le niveau de jeu de Jokic. Car si le Joker a été aussi souvent sur le banc à cause de ses problèmes de fautes, c'est bien évidemment grâce au travail de sape d'Howard. Malgré des statistiques parfois irrégulières (8,2 points et 5,2 rebonds de moyenne sur cette série), il aura quasiment toujours joué un vrai rôle dans les victoires obtenues. Par sa défense, son énergie et sa présence.

"Ces dernières années, les événements que j'ai connus, les hauts et les bas, les blessures, tout, ça rend ce moment très spécial. Je n'ai pas été en Finales NBA depuis 11 ans. C'est très long...

Si j'avais un conseil pour certaines personnes en difficulté ? Il faut se montrer patient, humble, affamé et ne jamais abandonner. Les autres vont vous lâcher, des amis, des membres de la famille... Mais peu importe, il ne faut jamais vous abandonner", a lancé Dwight Howard.

Trashtalk, rebonds et dunks : pourquoi Dwight Howard fait aussi gagner les Lakers

Un joli message. Une jolie histoire. Et désormais Dwight Howard rêve d'une jolie bague. Sa première. Et après un tel parcours, il s'agit d'un scénario vraiment digne d'Hollywood.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest