NBA APOCALYPSE, épisode 8 : Pourquoi James Dolan veut zigouiller LeBron !

NBA APOCALYPSE, épisode 8 : Pourquoi James Dolan veut zigouiller LeBron !

Dans un univers ravagé par un virus et dans une ambiance cataclysmique, LeBron James a pour mission de sauver le monde. Ça, c’est notre nouvelle série, NBA APOCALYPSE.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Fiction

2032. Voilà plus de dix ans que la planète est ravagée par une crise sanitaire sans précédent. Civilisations détruites, villes abandonnées, populations déplacées, décimées, survivants calfeutrés. Le chaos règne dans les rues devenues irrespirables, désertes et pourtant dangereuses. Certains groupes tentent de reconstruire un nouveau monde tandis que d’autres pillent, terrorisent et s’approprient les rares zones où l’eau est encore potable. C’est dans ce contexte apocalyptique que la crème du crime est réunie dans l’une des salles du Dolan Square Garden. Champagne, caviars, plats copieux… alors que le peuple crève de faim et meurent dans les rues désertes, le Syndicat profite de la misère pour s’enrichir. New York appartient à ces gangsters en cols blancs, tout en haut de la pyramide du mal. Ils se sont rassemblés pour faire le point sur leur business mais aussi pour trouver une solution contre un mystérieux guerrier qui serait prêt à mettre en péril leur monopole…

NBA APOCALYPSE lebron James
NBA APOCALYPSE lebron James

James Dolan : Bonjour à tous. Ne perdons pas de temps, déjà parce que j’ai d’autres choses bien plus intéressantes à faire mais aussi parce que nous avons des sujets importants à aborder aujourd’hui. Mais d’abord, rapide tour de table… vous avez écouté mon dernier album ?

Les différents chefs mafieux présents dans la salle de conférence restent dans l’incompréhension.

Donald Sterling : Quel album ?

James Dolan : Ben mon album de country ! « JD is the man » ! Je l’ai pourtant filé à Steve Mills pour qu’il vous le fasse écouter en exclusivité.

Steve Mills : Vous ne m’avez rien donné…

James Dolan (rouge de colère) : Hein ? Quoi ? Tu insinues que je suis un menteur, un égoïste, un démago, un affabulateur, une personne malhonnête et qu’en plus je fais de la mauvaise musique ? C’est ça ? C’est ça que tu insinues ?

Steve Mills : Mais je n’ai rien…

James Dolan : 21 ans. 21 ans que je n’ai pas bu une goutte d’alcool. Et je dois me faire traîner dans la boue par des tocards pareils ? T’es un tocard Steve. Un raté. Un loser. Viré. T’es viré ! Allez dégage de là. Sécurité ! Par ici, virez-moi ce tocard.

Steve Mills est emmené de force par quatre colosses pendant que James Dolan, toujours rouge, fait des doigts d’honneur dans sa direction.

Mark Cuban (sautillant sur place avec un rire sadique) : Haha. Jetez-le aux requins. Haha. Splash, dans l’eau. Requins. Zigouiller.

James Dolan : C’est quoi son problème à lui, il n’est pas un peu débile ?

Jason Kidd : Pas qu’un peu.

James Dolan : Donc je suis entouré d’abrutis ?

Jason Kidd : Bah…

James Dolan (souffle un grand coup) : Donc je vous disais, il y un autre sujet presque aussi important que mon album. Un imposteur nommé LeBron James est de passage en ville. Il veut s’en prendre à nous. Il faut absolument l’éliminer.

Joakim Noah : Ouais, t’as raison man. LeBron est une catin.

James Dolan : C’est qui lui ?

David Fizdale : C’est Joakim Noah monsieur.

James Dolan : Qu’est-ce qu’il fout ici ?

David Fizdale : C’est Phil Jackson qui l’a embauché. Pour 72 millions. Sans doute pour lui fournir de la drogue.

James Dolan : Et qui est le couillon qui paye tout cet argent ?

David Fizdale (gêné) : Ben… c’est vous monsieur.

James Dolan (fou de rage) : Quoi ? Tu insinues que je suis un incapable qui ne sait pas gérer son propre business, qui recrute n’importe qui et qui accumule les mauvaises décisions depuis vingt ans, c’est ça que tu veux faire passer comme message ?

David Fizdale : Mais…

James Dolan : Cinq ans. Cinq ans que j’ai coupé les ponts avec Weinstein. Et tu m’en tiens encore rigueur ? Ah si j’avais su. Tiens, ça m’inspire un son ça d’ailleurs. Mais t’es viré quand même. Dégage, alcoolique. Ta vie doit être minable pour t’en prendre à moi comme ça. Sécurité !

Fizdale est lui aussi expulsé manu militari pendant que James Dolan se met à fredonner un air en récitant « ah si j’avais su. »

James Dolan (reprend) : Prévenez donc vos hommes, dites leur d’éliminer ce James le plus vite possible.

Phil Jackson : Ce James vagabonde toujours avec son « posse ». L’esprit de camaraderie l’anime, c’est ce qui l’aide à se sentir plus fort. Il est vraiment différent de Kobe Bryant ou Michael Jordan, certains de mes disciples. La diversité et la complexité de l’esprit humain, c’est vraiment fascinant.

Joakim Noah : Man, t’es trop loin. T’es vraiment complètement défoncé. Tiens, tire là-dessus.

James Dolan : Oh toi le dalaï-lama-lama tu commences à sérieusement me les briser. Viré ! T’es viré ! Bouge de là, minable.

Phil Jackson : Relax man ! Pense à pratiquer la méditation pour libérer tes chakras et te débarrasser de tes pensées impures et hostiles. Tu verras, ça va te détendre. Passe donc dans mon bureau, je te ferai un massage tantrique.

Joakim Noah : T’as raison Phil, il est complètement coincé le man. Il devrait s’en rouler un.

James Dolan (carrément en rogne, les poings serrés, le front brûlant) : Méditation ? Chakras ? Tu veux me dire que je ne sais pas garder mon calme, que je prends des décisions impulsives et que je n’arrête pas de recaler des gens compétents juste à cause de mon ego pour ensuite miser sur des minables ? C’est ça que tu veux me dire ? Sécurité, dégagez-moi ces deux hippies.

Au bout de la salle, un homme n’a pas vraiment prêté attention aux discussions animées. Et pour cause, le gros Babar s’empiffre. Charcuterie sur charcuterie. Pizza sur pizza. Gâteaux sur gâteaux. Son bide dépasse de son débardeur décidément trop petit.

James Dolan (interpelle l’homme du fond) : La mafia serbe aurait-t-elle une solution pour ce LeBron James ?

Nikola Jokic : Encore un sanglier s’il vous plait.

Mark Cuban (sautillant sur place avec un rire sadique) : Haha… On n’a qu’à lui envoyer des tas de requins. Requins, requins, requins. On va lui faire la peau. Haha. Croque. Sang partout.

Kevin Garnett : Yo, triple con, t’es au courant qu’à part dans tes films Sharknado pourris, les requins ne vivent que dans l’eau ? Ne vous inquiétez pas monsieur Dolan, je vais le gérer façon bar fight. Karl, retiens-moi. Retiens-moi, je te dis !

Karl-Anthony Towns, qui était juste à côté de Kevin Garnett, se précipite soudainement pour faire mine de le retenir.

Kevin Garnett : Oh putain. Oh Putain. Vous voyez monsieur Dolan, là votre LeBron James, il a de la chance qu’on me retienne. Sinon je serai déjà en train de lui casser la gueule. On va gérer ça, vous n’entendrez bientôt plus parler de ce bâtard de sa race.

NBA APOCALYPSE A SUIVRE

Prochain épisode de NBA APOCALYPSE le vendredi 24 avril

NBA APOCALYPSE LeBron James

Si vous avez manqué les épisodes précédents :

 

Illustration par Vladislav Lakshe, suivez-le d'urgence sur Instagram : @lakshepassion

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest