Quatre pistes pour un Melo(n)

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Carmelo Anthony est sur le départ. On décortique les quatre opportunités qui semblent se présenter à lui avant le début de la saison.

Bien malin qui pourrait dire ce que peut encore concrètement apporter Carmelo Anthony à une équipe ambitieuse. La saison passée avec Oklahoma City a montré deux choses : le fit avec Russell Westbrook et Paul George n'était pas idéal, et "Melo" tout futur Hall of Famer qu'il est, a une bien trop haute estime de son impact dans un match NBA en 2018. Rigolard lorsque l'hypothèse d'être remplaçant au Thunder lui a été évoquée, l'ancienne star des New York Knicks aurait pourtant sans doute été plus efficace dans un rôle de 6e homme. Dieu sait qu'on a aimé l'attaquant mortel qu'il a été et la personnalité plutôt cool qu'il affiche depuis 15 ans. Mais le voilà devenu encombrant et trop cher pour OKC et son combo masse salariale-luxury tax inédit.

Charge à lui de démontrer que ce n'était que circonstanciel. Qu'il peut encore être une arme létale dans un cinq qui vise a minima une finale de Conférence, un stade qu'il n'a atteint qu'à une reprise dans sa carrière, en 2009 avec les Denver Nuggets. L'occasion lui sera-t-elle seulement offerte ? Alors qu'il va probablement être invité à opérer un buy-out, Carmelo Anthony n'a que quatre pistes identifiées à ce jour.

Houston Rockets

Aux dernières nouvelles : Chris Paul, l'un des membres éminents du Banana Boat, militerait en interne pour sa venue.

Fit : Sur le papier, la mentalité "on tire à vue" peut parfaitement correspondre à Carmelo Anthony, qui n'a a priori plus le physique pour se frayer aussi facilement un chemin vers le cercle qu'à une époque. Le jump shot reste sans doute son arme la plus fiable s'il est en confiance et il aura de belles opportunités de le montrer à Houston. Le poste 3 est libre depuis le départ surprise de Trevor Ariza à Phoenix.

Problème(s) : Passer de Trevor Ariza à Carmelo Anthony en défense, ça peut faire mal... Autre souci, on ne sait pas quel est l'état des relations entre "Melo" et Mike D'Antoni. Leur collaboration chez les Knicks avait fini en eau de boudin, sans qu'il y ait toutefois de reproches officiels faits à l'un ou à l'autre. Pas sûr toutefois que D'Antoni soit ravi de devoir réintégrer un Carmelo Anthony de 34 ans dans ses schémas qui marchent si bien depuis deux saisons.

Los Angeles Lakers

Aux dernières nouvelles : Vendredi dernier, Woj annonçait un intérêt de la part des Lakers. Donc de LeBron James, consulté sur tous les deals potentiels par Magic Johnson et Rob Pelinka. Deux jours plus tard, Jordan Schulz expliquait que L.A. était le choix n°1 de Carmelo Anthony, qui y possède une maison.

Fit : Avec LeBron dans le roster, il faudrait commencer à imaginer un schéma similaire à celui en vigueur chez Team USA lorsque les deux amis y brillaient. LeBron ne lâchera pas son poste 3 et Brandon Ingram est toujours là. Au poste 4, les Lakers aiment beaucoup Kyle Kuzma et on ne les imagine pas forcément couper l'herbe sous le pied de l'un de leurs meilleurs espoirs. N'en parlons même pas si Kawhi Leonard venait à débarquer dans le cadre d'un trade. En l'état actuel des choses, il n'est pas évident de trouver une place digne de ses aspirations à Carmelo Anthony...

Problème : Tant que "Melo" ne s'imagine pas une seconde sortir du banc, le projet ne sera pas simple à vendre. Même avec LeBron.

Miami Heat

Aux dernières nouvelles : ESPN relayait samedi soir que Miami était un "sleeper" sur le dossier Carmelo Anthony. Au cas où aucun contender n'aurait ses faveurs, le Heat pourrait profiter de la situation.

Fit : "Melo" serait une très belle plus-value quand on considère la qualité globale de l'effectif d'Erik Spoelstra. Le Heat manque de bons attaquants et d'un poste 3 moins défensif que Josh Richardson. Le besoin est là. En revanche, Spoelstra coache un groupe de morts de faim et de revanchards. Ca défend donc dur et ça se bat pour son partenaire. Pas sûr que ce soit le mood préféré du #7.

Problème : Ce n'est pas à South Beach que Carmelo Anthony va augmenter ses chances de remporter une bague avant la fin de sa carrière.

Philadelphie Sixers

Aux dernières nouvelles : Kevin O'Connor de The Ringer a eu vent d'une tentative de "push" des Sixers sur le dossier "Melo", mais précise que Houston empochera selon lui la mise.

Fit : Avec un passeur comme Ben Simmons et un joueur dominant au poste comme Joel Embiid, Philly est peut-être l'endroit où Carmelo Anthony aurait le plus d'opportunités de shooter. Le poste 3 jusque-là : Robert Covington, excellent défenseur mais attaquant limité. Il y a donc une place à se faire, au sein d'un collectif un peu limité sur le plan du shoot extérieur.

Problème : Mettre un vétéran en demande de shoots dans les pattes de la jeune garde de Philly en pleine ascension risque d'être contre-productif.