Finales NBA : Manu Ginobili revit et les Spurs prennent le Game 5

Grâce à un Manu Ginobili époustouflant, un excellent Tony Parker et un Danny Green désormais "historique", les Spurs ont pris le Game 5 des mains du Heat.

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article
Finales NBA : Manu Ginobili revit et les Spurs prennent le Game 5

Récap

San Antonio 114-104 Miami Heat

Ce Game 5 des finales NBA s’annonçait chaud bouillant et il a tenu toutes ses promesses ! Alors que, jusqu’ici, mis à part durant le tout premier match de la finale, chaque rencontre s’était plus ou moins soldée par des matches à sens unique, la partie jouée hier soir a été disputée de bout en bout. Même si les San Antonio Spurs s’imposent plutôt confortablement et qu’ils ont même pu mener d’une vingtaine de points, le Miami Heat n’a jamais cessé de revenir à la charge. Malheureusement pour les Floridiens, Tony Parker, Manu Ginobili et Danny Green étaient tout simplement trop forts. On sentait que Gregg Popovich voulait remettre son arrière argentin dans le coup et il a trouvé la meilleure façon de le faire en lui faisant intégrer le 5 de départ pour la toute première fois de la saison. El Manu a répondu présent en sortant son tout meilleur game de l’année (24 pts à 8/14, 2 rbds et 10 pds en 33 min) et en haussant son niveau à chaque fois que l’équipe avait besoin de lui. C’est d’ailleurs lui qui a mis tout de suite les Spurs sur les bons rails en étant responsable (au scoring ou à la passe) de 13 des 15 premiers points de son équipe. Sa capacité à prendre le relais de Tony Parker dans l’animation du jeu et dans le contrôle du tempo a été l’un des éléments clefs de ce match. [caption id="attachment_117013" align="alignright" width="400"] Tim Duncan lâche un gros poster sur Mario Chalmers[/caption] Après avoir commencé doucement, TP (26 pts à 10/14, 1 rbd et 5 pds) s’est lui aussi illustré, jouant systématiquement les un-contre-uns lorsqu’il se retrouvait face à Norris Cole ou à Mario Chalmers et poussant continuellement le rythme de la partie. Tout au long du match, c’est d’ailleurs systématiquement l’équipe qui trouvait le moyen de courir le plus qui se mettait le plus en avant. Le Heat l’a notamment très bien fait à plusieurs reprises, mais sans jamais trouver le moyen de prendre réellement les commandes. Malgré les bons matches de LeBron James (25 pts, 6 rbds et 8 pds mais 8/22 aux tirs) et de Dwyane Wade (25 pts, 4 rbds et 10 pds, mais 10/22 aux tirs), Miami a eu énormément de difficulté à briser la défense des Texans. Boris Diaw (1 pt, 4 rbds et 3 pds en 27 min) a été très bon dans ce secteur sur attaque posée et Danny Green a stoppé à lui seul deux tentatives de contre-attaques de Miami. Les Big 3 de chaque côté avaient répondu présent (17 pts et 12 rbds pour Duncan, 16 pts et 6 rbds pour Bosh), mais ce sont bien les role-players de San Antonio qui ont été les plus mordants. En plus de son travail défensif, Danny Green (24 pts à 8/15 dont 6/10 longue distance, 6 rbds et 3 ctrs) a été une fois de plus exceptionnel au niveau de l’adresse, profitant même de ce match pour effacer le record établi en 2008 par Ray Allen pour le plus grand nombre de tirs à trois-points inscrits lors d’une finale (22) et le porter à 25 ! Dans le même temps, Kawhi Leonard faisait discrètement (comme toujours) son match (16 pts à 6/8, 8 rbds et 3 pds). En face en revanche, seul Ray Allen (21 pts à 7/10 dont 4/4 longue distance et 4 rbds) a eu un réel impact. Là encore, c’est la défense de fer de San Antonio et sa capacité à retrouver de la fluidité dans son jeu offensif (43% de réussite pour Miami contre 60% pour les Spurs) qui ont fait la différence et qui leur ont permis de faire le break à plusieurs reprises. La série retourne désormais à Miami pour le Game 6 de mardi, le Heat n’a plus le droit à l’erreur !

L’homme du match : Manu Ginobili

L’Argentin a sorti une performance digne de ses plus belles années. Alors qu’on l’avait trouvé plusieurs fois à côté de la plaque durant cette finale, il était d’une assurance et d’une créativité totalement folle ce soir ! Tony Parker a lui aussi été exceptionnel, mais le fait de retrouver le punch de l’Argentin a fait une différence monstre pour SA.

Le recordman : Danny Green

[caption id="attachment_116997" align="alignright" width="300"] La tête de Ray Allen en voyant Danny Green effacer son record.[/caption] Quand on voit le parcours de Danny Green pour en arriver jusque-là, cela donne envie de croire à nouveau aux contes de fées. Alors qu’il joue sa toute première finale NBA, il n’a pas du tout tremblé lors de ce Game 5 et s’est même offert un record NBA pour le plus grand nombre de paniers à trois-points inscrits dans une finale. Coup du sort, c’est sur la tête de Ray Allen, le précédent détenteur de cet honneur, qu’il a inscrit le panier égalisateur avant de poursuivre ensuite sur sa lancée. Sur l’ensemble de la finale, il tourne à un ahurissant 58,3% à trois-points ! [youtube hd="1"]http://www.youtube.com/watch?v=F5BDwyS-lvI[/youtube]

La vidéo du match

[dailymotion hd="1"]http://www.dailymotion.com/video/x10yooq[/dailymotion]

Boxscore

MIAMI HEAT (66-16)
FIELD GOALSREBOUNDS
POS MIN FGM-A 3PM-A FTM-A +/- OFF DEF TOT AST PF ST TO BS BA PTS
L. James F 43:41 8-22 2-4 7-9 -9 3 3 6 8 1 4 3 0 2 25
M. Miller G 24:31 0-1 0-1 0-0 +3 1 4 5 1 4 1 1 0 0 0
C. Bosh C-F 37:53 7-11 0-0 2-2 +7 5 1 6 1 4 1 1 1 0 16
D. Wade G 40:28 10-22 0-0 5-6 -6 2 2 4 10 1 1 4 2 2 25
M. Chalmers G 26:35 2-10 2-6 1-2 -2 0 4 4 1 5 1 2 0 2 7
N. Cole 06:34 0-1 0-1 0-0 -14 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0
U. Haslem 09:01 0-1 0-0 0-0 -20 0 3 3 0 2 0 0 0 1 0
R. Allen 30:29 7-10 4-4 3-3 -12 0 4 4 1 4 0 0 0 1 21
S. Battier 17:30 2-6 2-6 1-1 -6 0 1 1 3 2 0 0 0 0 7
J. Anthony 01:06 0-0 0-0 0-0 +3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
J. Jones 01:06 1-1 1-1 0-0 +3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3
R. Lewis 01:06 0-1 0-0 0-0 +3 1 0 1 0 0 0 1 0 0 0
C. Andersen DNP - COACH'S DECISION
Totals 240 37-86 11-23 19-23 12 22 34 25 24 8 13 3 8 104
43.0% 47.8% 82.6% TEAM REBS: 8 TOTAL TO: 15
SAN ANTONIO SPURS (58-24)
FIELD GOALSREBOUNDS
POS MIN FGM-A 3PM-A FTM-A +/- OFF DEF TOT AST PF ST TO BS BA PTS
K. Leonard F-G 32:42 6-8 2-4 2-2 +2 1 7 8 1 3 3 2 0 0 16
M. Ginobili G 33:00 8-14 1-4 7-8 +19 0 2 2 10 4 1 3 0 1 24
T. Duncan F 37:52 7-10 0-0 3-4 +2 3 9 12 1 1 0 1 3 0 17
D. Green G-F 39:10 8-15 6-10 2-2 +6 0 6 6 0 4 0 2 3 0 24
T. Parker G 35:43 10-14 0-1 6-8 -1 0 1 1 5 2 0 3 0 1 26
B. Diaw 27:05 0-1 0-1 1-2 +6 1 3 4 3 2 0 3 1 0 1
G. Neal 20:43 1-4 0-2 0-0 +17 0 1 1 1 2 0 1 0 1 2
T. Splitter 10:03 2-4 0-0 0-0 +6 0 2 2 0 3 0 3 1 0 4
M. Bonner 01:29 0-0 0-0 0-0 -1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0
C. Joseph 01:06 0-0 0-0 0-0 -3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
N. De Colo 01:06 0-0 0-0 0-0 -3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
D. Blair DNP - COACH'S DECISION
T. McGrady DNP - COACH'S DECISION
Totals 240 42-70 9-22 21-26 5 31 36 21 21 5 18 8 3 114
60.0% 40.9% 80.8% TEAM REBS: 8 TOTAL TO: 19

ANALYSES

Manu Ginobili est redevenu El Manu

Manu Ginobili est revenu de l’enfer cette nuit. Avec 24 points et 10 passes décisives, il est le héros de la soirée du côté des Spurs. « Popovich voulait que je joue d’entrée pour aligner quatre ‘petits’ dans le cinq. J’avais besoin de ça, j’avais besoin de sentir le jeu venir à moi pour attaquer le cercle, obtenir des lancers et rentrer quelques shoots. J’avais besoin de ça pour sentir que je peux aider l’équipe. C’était le moment. » Pour la première fois depuis belle lurette (le Game 6 perdu face au Thunder l’an passé), Manu Ginobili était présent sur le parquet au moment de l’entre-deux. Il était attendu, il le savait. Son coach pointait du doigt ses performances médiocres, il le savait aussi. Alors que l’Argentin évoquait la possibilité de prendre sa retraite à l’issue des finales NBA, il a prouvé qu’il avait encore de l’énergie à revendre. Lire la suite

Insolent de réussite, Danny Green rentre dans l’histoire

Avec 25 paniers à trois-points inscrits durant ces finales, Danny Green efface Ray Allen des tablettes et s’offre un record NBA. Depuis le début des finales NBA, Danny Green a le feu vert pour artiller à tout va. Du coup, il ne se prive pas de bouffer du ticket shoot. Vu sa réussite actuelle, personne ne va lui reprocher. Ses statistiques derrière l’arc face aux Floridiens sont tout simplement époustouflantes. Avec 25 paniers primés inscrits en 38 tentatives (66%), il est le nouveau recordman du nombre de tirs à trois-points marqués à ce stade de la compétition. En fait, on en est presque étonné lorsque ses tirs ne rentrent pas. Pas mal pour un joueur de 25 ans qui conclut sa quatrième saison en NBA seulement. Coupé par les Cavaliers en 2010, récupéré puis coupé à nouveau par les Spurs, repêché par les Texans, Danny Green revient de loin. Lire la suite

Miami : le Big Three n’a pas suffi pour Miami

LeBron James et les autres membres du Big Three ont été actifs cette nuit mais se sont montrés trop maladroits pour espérer l’emporter. « Je pense qu’il est temps de gagner deux matches consécutifs, nous en avons assez », s’exprimait LeBron James avant d’aborder la rencontre de cette nuit face aux San Antonio Spurs. Souvent dans la réaction après la défaite, le Miami Heat n’était finalement pas assez fort pour s’imposer face à une équipe texane insolente de réussite. Avec 25 points, 6 rebonds et 8 passes, le King a répondu présent, en vain. Avec 25 points, 4 rebonds et 10 passes, Dwyane Wade a confirmé son réveil, mais ce n’était pas assez non plus. Avec 66 points en cumulés, le Big Three des Floridiens était dans le rythme, mais même ça, ce ne fut pas suffisant. Lire la suite

Le Heat est totalement à la rue dans les fins de QT

Les joueurs du Miami Heat ont subi un 15-2 et un 12-1 dans les fins de QT cette nuit. Un point noir pour les champions en titre. Il restait un peu plus de quatre minutes à jouer dans le premier quart lorsque LeBron James a planté un panier derrière l’arc pour ramener les siens à hauteur des San Antonio Spurs. Dans les deux minutes qui ont suivi l’action, la défense du Miami Heat a pris le bouillon face aux coups d’accélérateur de Tony Parker. Les Texans passeront un 15-2 aux Floridiens pour boucler le QT. Lire la suite

Parker : "Je n’arrive pas à croire qu’ils laissent Danny Green ouvert"

Le Miami Heat peine à ralentir Danny Green depuis le début des finales. Un constat qui choque quelque peu Tony Parker, le meneur des Spurs. Depuis le début des finales NBA, Danny Green fait parler la poudre. L’arrière des San Antonio Spurs affiche un incroyable 66% de réussite derrière l’arc (25/38) et continue de tuer le Miami Heat longue distance. Avec une moyenne de cinq paniers primés par match, le joueur de 25 ans ne perd pas le rythme. D’ailleurs la défense des champions en titre peine à s’adapter à son adresse de loin. Lire la suite

Parker : "On a une opportunité de terminer, il faut la prendre"

Tony Parker a joué son meilleur match des Finales NBA cette nuit. Cette victoire était primordiale, mais le plus dur reste à venir. Blessé lors du Game 3 (6 pts), diminué lors du Game 4 (15 pts),Tony Parker avait retrouvé tous ses moyens cette nuit pour ce match charnière dans une série en 7 matches. Avec 26 points à 10/14 et 5 passes, le meneur des San Antonio Spurs a une fois encore sorti une très grosse perf’ au meilleur moment. Meilleur marqueur de son équipe, c’est lui, en fin de 4e quart temps, qui a planté les paniers importants alors que le Heat revenait dangereusement. Adroit, patient et ultra tranchant sur ses drives, Tony Parker a joué plus de 35 minutes et a permis aux Spurs de prendre un avantage décisif dans la série. Lire la suite

VIDÉOS

Les plus belles actions du Game 5 en mode Phantom Les 26 points de Tony Parker dans le Game 5 Top 5 : le toucher de Tony Parker, la vista de Manu Ginobili Tim Duncan postérise Mario Chalmers Quand Tony Parker se promène face à Norris Cole

Le live du Game 5

Le match commence avec un changement de taille pour les Spurs puisque Gregg Popovich a décidé de mettre Manu Ginobili dans le 5 de départ (sa première titularisation de toute la saison !). Ça paie d’ailleurs avec un tir à trois-points d’entrée de jeu… alors qu’il avait clairement le pied sur la ligne. Un signe du destin ? Dans la foulée il offre une magnifique passe décisive à Danny Green puis une autre à Duncan pour le dunk avant de mettre deux lancers. Il est responsable de 13 des 15 premiers points de SA (8 pts et 3 pds pour lui au bout de 5 min). C’est l’attaque qui prend le dessus sur la défense des deux côtés en ce début de rencontre. En revanche, Tony Parker a quand même l’air bien diminué, il est d’ailleurs très peu agressif et se contente d’orchestrer l’attaque des Texans en laissant Gino et Duncan mettre des points. A 4,32 min de la fin du QT, le score est à 17 partout et, l’air de rien, LeBron James et Dwyane Wade ont mis quasiment tous les points de Miami (7 pour LBJ et 8 pour Wade). Juste à ce moment, TP se met à attaquer Norris Cole en un-contre-un et permet à SA de se lancer dans un 12-0 pour faire un break (29-17 à 1 min de la fin). Son premier cross devrait d’ailleurs lui valoir un passage dans le Top 10. Boris Diaw fait lui aussi une entrée remarquable dans l’animation du jeu et à la passe. Score à la fin du 1er quart-temps : San Antonio Spurs 32-19 Miami Heat Les Spurs continuent de pousser la balle systématiquement pour empêcher la défense de Miami de se mettre en place et ça paie d’autant plus que la pression défensive semble monter elle-aussi d’un cran. Dans la foulée, les Spurs retrouvent de la fluidité dans leur jeu de passe et commencent à dérouler un très beau jeu collectif. Ça se voit notamment au niveau des pourcentages d’adresse (66,7% pour les Spurs, 27,6% pour Miami à 8 min de la mi-temps). Les Spurs mettent d’ailleurs un énorme éclat et prennent 16 points d’avance (42-26) après deux tirs à trois-points de suite de Danny Green qui en profite pour égaler le record de Ray Allen pour le plus grand nombre de tirs à trois-points inscrits dans une finale (22). Miami essaie de se rassurer en marquant dans la raquette et parvient à revenir à 7 points en marquant 6 points de suite, avant que Ray Allen ne plante un tir à trois-points malgré la faute de TP (47-40 à 4,43 de la mi-temps). Le run monte jusqu’à 12-0 avant que les Texans trouvent à nouveau le chemin du panier. Les ajustements de Spoelstra fonctionnent et les Texans jouent mieux sans meneur. LeBron (16 points) est plus actif et commence à peser sacrément lourd dans la balance. Les Spurs ont arrêté de courir et ça a permis au Heat de se remettre en selle. Cependant, Tim Duncan (13 pts à 5/6 et 6 rbds) est ultra efficace et trouve des solutions sur attaque posée pour permettre à San Antonio de conserver un petite avance que TP fait grimper un peu en mettant un ultime lay-up juste avant le buzzer de la mi-temps. Score à la mi-temps : San Antonio Spurs 61-52 Miami Heat Miami commence la deuxième mi-temps par un 7-0 avant que Tony Parker ne mette fin à l’hémorragie et que Danny Green n’efface finalement le record de Ray Allen en inscrivant son 23ème tir à trois-points des finales. Alors que le Heat semblait prêt à reprendre San Antonio à la gorge, les Texans se sont tout de suite repris pour garder une main sur le match. Pour l’instant, c’est toujours l’équipe qui parvient à pousser le tempo qui semble prendre l’avantage. Les Spurs (et Danny Green en tête) font d’ailleurs un énorme effort pour revenir en défense sur transition, ce qui leur permet de marquer de l’autre côté (73-67 à 5,23 de la fin du 3ème QT). Tony Parker a de plus en plus d’impact à mesure que le match avance, mais Miami trouve toujours le moyen de rester dans le coup (75-74 à 3 min). Avec Tony Parker sur le banc (17 pts à 7/10 et 3 pds), c’est Danny Green, en trouvant une fois de plus la distance en artillant de très loin à trois-points, et Manu Ginobili avec 5 points de suite puis une magnifique passe décisive pour Tiago Splitter, qui redonnent de l’air à leur équipe (85-74 à 44’’). Gino termine le quart-temps sur un ultime lay-up pour porter ses totaux personnels à 20 points et 9 passes. En l’absence de TP, c’est lui qui a pris l’équipe sur ses épaules. Score à la fin du 3ème quart-temps : San Antonio Spurs 87-75 Miami Heat Après avoir cafouillé ses deux premières possessions, San Antonio se remet tout de suite dans le coup grâce à un tir de Manu (who else ?) qui redonne 14 points d’avance à son équipe (89-75). Sentant le léger flottement de la reprise du quart-temps, Pop décide de remettre Duncan et Parker sur le terrain pour ne pas prendre le moindre risque et l’avantage grimpe jusqu’à +19 (94-75). En réalité, c’est un 19-1 que San Antonio vient de passer au Heat à cheval sur la fin du 3ème quart-temps et le début du 4ème. Les Floridiens ont l’air abasourdis. La défense des Spurs sur LeBron James (et notamment celle de Boris Diaw) l’a contraint à manquer 8 de ses 9 derniers tirs. Malgré tout, Miami continue d’attaquer. Trois fautes rapides de SA, deux tirs à trois-points de Ray Allen (dont un and 1) et un dunk de Chris Bosh ramènent les Floridiens à -13 (98-85 à 7’23’’ de la fin). Le fait de jouer sans meneur et de mettre LeBron en défense sur TP a bien fonctionné pour le Heat mais, après un petit temps d’adaptation, les Spurs ont trouvé une façon d’être efficace en attaque. Le fait que Manu Ginobili soit clairement en mode « vidéo game » et que Tony Parker soit clairement en mode « j’aurais dû être dans le premier cinq All-NBA » aide pas mal (106-89 à 4’26’’)… Ray Allen refuse malgré tout d’abdiquer et ramène son équipe à -9 avant que Wade ne réduise encore l’écart (109-101 à 1’37’’). Mais un drive de TP et un énième trois-points de Danny Green remettent finalement San Antonio hors de portée. Score final : San Antonio Spurs 114-104 Miami Heat

Les grandes questions du Game 5 des finales NBA

Ces finales NBA entre les San Antonio Spurs et le Miami Heat sont désormais une série au meilleur des 3 matches. Le Game 5 de ce soir étant le dernier, quoi qu'il arrive, à prendre place dans le Texas, il revêt donc une importance toute particulière. Vu les divers rebondissement d'un match à l'autre, il est particulièrement difficile d'avoir une vision claire de ce qui se profile pour ce soir, mais plusieurs questions s'imposent déjà. Comme toujours, une bonne partie d'entre elles concernent directement Tony Parker et LeBron James. Dans quel état sera Tony Parker ce soir ? Plus important encore, réussira-t-il à aller jusqu'au bout malgré sa blessure ? LeBron James a enfin trouvé le bon rythme en attaque durant le Game 4, parviendra-t-il à répéter cette performance ce soir ? San Antonio peut-il réellement viser le titre en comptant autant sur ses deux artilleurs, Gary Neal et Danny Green, aussi adroits soient-ils ? Comme lors du Game 7 de la finale de conférence contre les Indiana Pacers, Dwyane Wade semblait avoir retrouvé tous ses moyens lors du match 4. Le staff médical parviendra-t-il à lui permettre d'enchaîner deux matches de suite à ce niveau ? Manu Ginobili est-il toujours handicapé par des douleurs où est-il tout simplement au bout du rouleau ? Sur quel Chris Bosh le Heat pourra-t-il compter ce soir ? Gregg Popovich peut-il trouver le moyen de stopper le Big 3 de Miami quand il joue comme dans le Game 4 ? En attendant d'avoir des débuts de réponses à toutes ces questions et de pouvoir suivre et commenter le Game 5 des finales NBA en direct cette nuit, avec nous, nous vous proposons de donner votre pronostic personnel pour ce match qui s'annonce déterminant.

Les pronostics

[poll id="39"]
Afficher les commentaires (260)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest