NBA APOCALYPSE : LeBron encerclé, Lillard déchaîné, Curry vient foutre le boxon !

NBA APOCALYPSE : LeBron encerclé, Lillard déchaîné, Curry vient foutre le boxon !

Dans un univers ravagé par un virus et dans une ambiance cataclysmique, LeBron James a pour mission de sauver le monde. Ça, c’est notre nouvelle série, NBA APOCALYPSE.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Fiction

Des discussions d’une fenêtre à l’autre des grands immeubles en briques rouges. Des cris. Des jeunes qui cavalent d’un bout à l’autre des petites ruelles du quartier. De l’agitation. Surtout, enfin un peu de vie. Depuis le début de son périple, LeBron James traverse des champs de ruine et des villes désertes, livrées aux drogués et autres sadiques. Jusqu’à son arrivée dans le Queens. Le paysage est rongé par la misère, suite à la terrible crise sanitaire qui a frappé la planète. Les dealers occupent la zone. Mais au moins, il y a un début de renouveau. Malgré la nuit tombante, notre héros et ses amis profitent de l’animation en restant posé dans le block. L’atmosphère est détendue.

Channing Frye : Je vous ai déjà raconté la blague de la pute qui mange un cheval ?

LeBron se tourne alors vers Channing. Ce dernier s’attend à être une nouvelle fois interrompu.

LeBron James : Ben alors, tu ne racontes pas ta blague ?

Channing Frye (surpris) : Vraiment ? Je peux ?

LeBron James : Bah oui vas-y.

Channing Frye : Heu… ben c’est un mec qui passe et qui fait ‘hey tu manges mon cheval… heu, la pute ?’

Luka, LeBron, Richard et J.R. restent fixés vers Channing en attendant la chute de la vanne.

LeBron (consterné) : C’est ça la blague ?

Channing Frye : Non mais là, j’la raconte mal, normalement faut mettre les accents et tout.

NBA APOCALYPSE

Alors que la petite troupe est distraite par les boutades de Channing, elle ne repère pas la voiture garée un petit peu plus loin dans l’avenue. Avec quatre hommes à son bord. Un grand assez fin qui fait de grands gestes à chaque fois qu’il parle, un petit espiègle, un autre grand, mollasson, et un dernier au regard complètement vide, sans la moindre émotion.

Kevin Garnett : Yo les trous du cul, le plan est simple. Vous voyez le grand chauve là-bas ? Celui qui a la calvitie ? C’est lui qu’il faut buter.

D’Angelo Russell : OK, OK. Et comment on fait ? On essaye de le prendre en traître quand ses potes sont partis ?

Kevin Garnett : On s’en fout de ses potes, ce sont des guignols. D, tu va passer par la gauche. Toi Karl, tu fais le tour pour les empêcher de fuir. Et toi Andrew… yo Andrew ? Yo, tu m’écoutes ?

Andrew Wiggins (le visage sans expression) : Oui.

Kevin Garnett : Donc ouais, toi Andrew, ben j’sais pas, tu sers à rien de toute façon mais va quand même avec Karl, on ne sait jamais.

Karl-Anthony Towns : Et toi, tu fais quoi dans tout ça ? Tu te place où ?

Kevin Garnett : Hein moi ? Moi je ne viens pas.

D’Angelo Russell : Comment ça tu ne viens pas ? Je croyais que t’étais un as de la baston.

Kevin Garnett (gêné) : Haha, ouais c’est vrai. Je suis un gros bagarreur. Surtout dans les bars. Mais là, les croisés, tu connais. Non, en plus les gars, vous n’avez pas besoin de moi. C’est l’occasion pour vous de vous faire la main, vous voyez ce que j’veux dire. C’est un bon test pour vous. Et oubliez pas que l’ordre vient du patron. Donc déconnez pas bande de merdeux ? Bon allez, je vous laisse, on se rejoint au bar après.

Kevin quitte la voiture discrètement, capuche sur la tête, et s’engouffre dans l’obscurité.

Karl-Anthony Towns : Je le sens pas ce plan.

D’Angelo Russell : Moi non plus. Mais allons flinguer ce vieillard et on se tire. Drew, tu suis ?

Andrew Wiggins (le regard vide) : Oui.

Les trois malfrats sortent du véhicule tout en dissimulant leur visage. Comme prévu par Kevin, Karl-Anthony et Andrew longent le trottoir jusqu’à l’autre bout de la rue tandis que D’Angelo traverse de l’autre côté pour se rapprocher de LeBron. Son glock dans le dos, la main sur la crosse. Son rythme cardiaque s’accélère à chaque pas. La cible est de plus en plus près. Il sort son arme quand soudain…

Damian Lillard : Yo D.

Le son provient de sa gauche. D’Angelo se retourne légèrement quand il est abattu brutalement par Damian Lillard qui sortait d’une toute petite allée, fusil à pompe en mains. Touché en plein dans le torse par le plomb, D’Angelo s’écroule sur le sol. Le coup de feu a créé le chaos. Les passants et les dealers détalent en cavalant. LeBron a immédiatement eu le réflexe de prendre son pistolet. Karl-Anthony aussi. Le voilà qui mitraille en direction de Damian, qui riposte. Jimmy Butler, qui suivait Lillard, lui vient en aide et arrose en direction de Towns et Wiggins. Accroupis, pris de court, LeBron, Luka et leurs amis sont coincés entre deux feux. Ils se mettent à couvert derrière une voiture. L’ambiance s’est tendue en l’espace de quelques secondes et c’est maintenant une scène de guerre dans la rue.

LeBron James : Couchez-vous !

Non loin de là, deux autres individus ont été ameutés par les tirs. Ils sont posés sur le toit d’un immeuble, juste en face de la rue, à environ 200 mètres, et assistent à la fusillade. Ils portent tous les deux un costard noir et une chemise blanche, avec une cravate noire. Lunettes noires. Parfaitement rasés, parfaitement peignés. Classes. Un contraste avec la jungle urbaine du Queens. Les deux mystérieux bonhommes installent tranquillement leur sniper sur le rebord de l’immeuble.

Stephen Curry : Prêt ?

Klay Thompson : Toujours prêt frangin.

BANG. BANG. Deux balles traversent le champ de bataille pour se loger chacune précisément dans le crâne des deux cibles. Richard Jefferson et Channing Frye sont à terre.

Luka Doncic (hurle) : LES TOITS !

LeBron et J.R. se mettent alors à tirer en direction des immeubles sans savoir exactement où sont leurs agresseurs. Stephen et Klay rechargent afin d’envoyer une deuxième salve.

LeBron James : Il faut qu’on se dégage de là, et vite !

Alors que Jimmy et Damian continuent d’allumer Karl-Anthony et Andrew, Zion Williamson débarque de nulle part, bazooka à la main…

LeBron James : ROCKET !

Le missile est en réalité à destination du toit où se trouvent Klay et Stephen. Il explose à l’étage juste en dessous. Repérés, les deux snipers descendent les escaliers quatre à quatre pour rejoindre la guérilla. LeBron, camouflé avec Luka derrière la voiture, se retrouve encerclé. Lillard et Butler sont d’un côté de la rue. Towns et Wiggins de l’autre. Zion est sur le trottoir d’en face. Et voilà maintenant, Curry et Thompson débarquent… mais comment va-t-il s’en sortir ?

NBA APOCALYPSE A SUIVRE

Prochain et dernier épisode de NBA APOCALYPSE le mardi 28 avril

NBA APOCALYPSE LeBron James

Si vous avez manqué les épisodes précédents :

 

Illustration par Vladislav Lakshe, suivez-le d'urgence sur Instagram : @lakshepassion

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest