Chris Paul, une histoire gâchée par les blessures…

Chris Paul, une histoire gâchée par les blessures…

Touché à l'épaule, le meneur des Phoenix Suns Chris Paul ne peut pas se battre à 100% face aux Los Angeles Lakers. L'histoire de sa carrière.

Cédric EmésPar Cédric Emés | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

A 36 ans, Chris Paul reste l'un des meilleurs meneurs de la NBA. A son poste, le joueur des Phoenix Suns est une référence depuis plus de 10 ans. Sans le moindre doute possible, il va intégrer, après sa carrière, le Hall of Fame.

Et pourtant, il n'a jamais réussi à atteindre les Finales NBA. Et pourtant, il a été, à plusieurs reprises, très proche de passer ce cap. Mais le destin s'est souvent opposé à lui. Enfin, surtout son corps en réalité.

En 2015, les Clippers perdent le fil après sa blessure aux ischio-jambiers. 2016, il souffre d'une fracture de la main. 2017, il évite les blessures... mais les Clippers perdent Blake Griffin sur une fracture du pied. Puis en 2018, les Houston Rockets sont à deux doigts d'éliminer les Golden State Warriors lors des Finales à l'Ouest, CP3 se blesse encore aux ischio-jambiers.

Chris Paul bien trop diminué...

Aux Suns, on espérait la fin de cette malédiction. Tout au long de la saison, le vétéran a d'ailleurs été épargné par les problèmes physiques. Les résultats de la franchise ont été excellents avec une belle 2ème place à l'Ouest. Et même si se coltiner les Los Angeles Lakers dès le premier tour représentait un immense défi, Phoenix était prêt à répondre.

Sur le Game 1 d'ailleurs, la franchise de l'Arizona, avec un visage agressif, a annoncé la couleur en battant les champions NBA en titre (99-90). Mais paradoxalement, sur ce match, les Suns ont probablement perdu le reste de la série.

Pourquoi un tel pessimisme ? Car CP3 s'est blessé bien sûr. Touché à l'épaule, il serre les dents depuis. Mais malgré quelques fulgurances, l'ancien des Clippers se retrouve clairement diminué. Déjà limité sur le Game 2 perdu par son équipe (102-109), il a été encore dans le dur la nuit dernière sur le Game 3 (95-109).

Le résultat ? 7 points à 3/8 aux tirs, 6 passes décisives pour 2 ballons perdus en 27 minutes. Et surtout, après la pause, l'impression visuelle a été terrible avec 0 point en 8 minutes et des douleurs intenses à la suite d'un contact avec Cameron Payne.

"C'est comme ça : vous contrôlez ce que vous pouvez contrôler. Je sais ce qu'il faut au quotidien pour me préparer et être prêt à jouer. Quand les choses arrivent, elles arrivent. Vous devez les surmonter et vous en sortir", a relativisé Chris Paul face aux médias.

Sans dire que les Suns avaient les armes pour sortir les Lakers, ils avaient clairement les moyens pour rivaliser. Surtout avec des Angelenos encore fébriles par rapport aux récentes blessures d'Anthony Davis et de LeBron James. Mais avec un Paul diminué, la donne a bien changé...

Chris Paul, ça commence à sentir mauvais…

Un destin cruel à relativiser

Avec cette historique, on peut se dire que Chris Paul est tout de même un sacré poissard ! Dans le passé, on peut sérieusement se demander si ses blessures ne l'ont pas empêché de gagner une bague. D'atteindre les Finales NBA, c'est une évidence avec l'épisode Warriors en 2018.

Sur ces Playoffs, avec les Suns, un joli run restait difficile. Les Lakers au premier tour, les Denver Nuggets ou les Portland Trail Blazers ensuite, le parcours était très costaud. Mais avec une équipe au complet, Phoenix pouvait rêver.

Un destin cruel finalement pour CP3 ? On peut le penser. Mais son coach Monty Williams a tenu à relativiser.

"Je ne suis probablement pas le gars à qui il faut parler de choses cruelles. La cruauté, je sais ce que c'est donc là c'est juste du basket", a répondu Williams, en référence au décès de son ancienne femme dans un accident de voiture en 2016.

"Je sais à quel point il veut gagner, mais au final, il est payé pour faire ce métier, il a une magnifique femme et des enfants avec une carrière digne du Hall of Fame. Il a toujours bien géré ces choses (les blessures, ndlr), et je ne doute pas que Chris s'en sortira plus fort et meilleur.

Mais ce que nous vivons actuellement n'est pas la pire chose au monde. Maintenant, en ce qui concerne sa carrière et son héritage, c'est difficile, et je le comprends. Être là où il est et comment il a joué pour nous, et ne pas être capable de jouer au plus haut niveau, c'est dur.

Mais Chris est mentalement fort - il sera capable de gérer cela et de nous aider de la bonne manière."

Il y a effectivement plus grave dans la vie qu'une blessure à l'épaule en Playoffs. Mais à l'échelle d'une carrière NBA, Chris Paul a tout de même été pénalisé par ses pépins physiques. Encore cette année, ce problème à l'épaule le prive très certainement d'une superbe aventure. Au moins d'une magnifique bataille face aux Lakers...

Chris Paul dépasse Magic, combien de meneurs plus forts que lui dans l’Histoire ?

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest