La série de leur saison : « Le Prince de Bel-Air »

« Le Prince de Bel Air », c’est l’histoire d’un ado (oui, Will Smith est censé avoir 18 balais) qui débarque de son milieu modeste pour s’installer chez son oncle dans une baraque luxueuse d’un quartier de Los Angeles. Sa personnalité et son style de vie très « extraverti » contraste alors avec la sobriété et le sérieux de son oncle Phil. Bon, OK, aux Los Angeles Lakers, c’est l’inverse. Lonzo Ball, nouveau prince du coin débarqué de Chino Hills, est du genre à ne pas faire trop de vague. Mais son père, LaVar… est tout aussi bruyant que Will.

Voilà qui nous promet une première saison délirante avec tout un tas de rebondissements et de sorties déplacées du daron le plus embarrassant de la NBA. Surtout avec un Jordan Clarkson dans le rôle de Jazzy Jeff – le pote qui ne capte rien mais fait un paquet de conneries.

Carlton (Nick Young) s’est barré. Les Los Angeles Lakers seront donc moins ridicules que l’an dernier. Mais ils seront tout de même parmi les comiques de services, ceux qui squattent au fond de la classe (et des classements). C’est le but : que le Prince divertisse la foule en arrivant l’arrivée du King l’été prochain.

Le casting des Los Angeles Lakers

Le cinq attendu des Los Angeles Lakers : Lonzo Ball – Kentavious Caldwell-Pope – Brandon Ingram – Julius Randle – Brook Lopez.

Comme pour nos amis de la série, le casting n’est, à première vue, pas le plus pimpant de toute la cote Ouest. Sauf qu’il y a peut-être quelques futures étoiles dans le lot. De toute façon, pour l’instant, ce n’est pas ça qui prime. Avec ce groupe, les Lakers peuvent faire le spectacle et envoyer du rêve (et des alley-oops) aux fans californiens. En mettre plein les yeux à défaut de gagner beaucoup de matches. Le spectacle, c’est ça qui compte à Hollywood. Showtime.

Le scénario

Cette saison, elle sera finalement plus importante dans les coulisses que sur le terrain. Les Lakers ont huit mois pour prouver à LeBron James que L.A. est la destination la plus sexy des Etats-Unis. Autrement dit, LaVar Ball a huit mois pour défrayer la chronique pendant que son fils distribue les caviars. Ça va gagner 30 matches, perdre son pick mais peu importe, il y’a peut-être le gros lot à la clé : le gros lot en 2018.

L’acteur à suivre : Lonzo Ball

Lonzo Ball va débuter sa carrière aux Lakers comme Will Smith a démarré la sienne à Bel Air. Cette saison, ce sera peut-être le point de départ de quelque chose de grand. Car on n’a rarement vu pareil meneur à l’œuvre depuis Jason Kidd et Steve Nash. La hype est immense. Mais le garçon a visiblement les capacités pour assumer la pression qui entoure la jet-set de L.A. Qu’il soit aussi fort que prévu ou non, il y a des chances qu’il remplisse les salles et s’incruste rapidement dans les mixtapes YouTube.

La note League Pass

6/10. La saison des Angelenos ne sera certainement pas le feuilleton le plus palpitant ou le mieux réalisé. Mais cela promet du divertissement. Histoire de passer un bon moment sympathique. Un peu comme devant le Prince de Bel Air quoi.

Le saviez-vous

Quand Rich Paul, l'agent de Kentavious Caldwell-Pope mais surtout le représentant de LeBron James, a poussé pour la signature de son poulain aux Lakers, il aurait bien fait comprendre aux dirigeants californiens qu'il était primordial de laisser beaucoup d'espace sous le Cap afin de signer plusieurs gros poissons en 2018...